Choisir le statut auto-entrepreneur ou l’entreprise individuelle ?

19/07/16    Auto-entrepreneur

Se lancer comme travailleur indépendant, c’est faire face à certains choix. Le premier d’entre eux, l’un des plus déterminants, concerne le choix du statut juridique. Faut-il choisir le statut de l’entreprise individuelle classique ou privilégier le statut auto-entrepreneur ?

Auto-entrepreneur et entreprise individuelle : que dit la Loi ?

Par abus de langage ou par simple habitude, on parle généralement de « statut auto-entrepreneur ». Cependant, pour être tout à fait rigoureux, il s’agit davantage d’un statut spécifique de l’entreprise individuelle (EI), qui est quant à elle bel et bien considérée comme un statut juridique.

Par ailleurs, même si, depuis le 1er janvier 2016, c’est le terme « micro-entreprise » qui remplacera le terme « auto-entrepreneur », ce dernier reste encore tellement populaire que nombre de professionnels se définissent encore sous cet intitulé.

Pourquoi confond-on l’auto-entrepreneur et l’entreprise individuelle ?

Si tous les auto-entrepreneurs sont nécessairement des entrepreneurs individuels, l’inverse n’est pas forcément vrai. Cette confusion trouve sans doute son origine dans le fait que le statut auto-entrepreneur a atteint un tel niveau de popularité qu’il est aujourd’hui considéré comme la seule forme d’entreprise individuelle… À tort, car il existe bel et bien des différences entre le statut EI et le statut auto-entrepreneur.

Quelle est la différence entre l’auto-entrepreneur et l’entreprise individuelle ?

Puisque l’auto-entrepreneur est un cas particulier de l’entreprise individuelle, intéressons-nous spécifiquement aux aménagements proposés par ce statut, qui tranchent avec la version dite « classique » de l’entreprise individuelle.

Devenir auto-entrepreneur est plus simple

La simplicité, le statut auto-entrepreneur l’a dans la peau. C’est même une des raisons qui expliquent l’engouement suscité par ce statut par rapport à certains statuts pourtant plus intéressants sur d’autres plans.

Contrairement à bon nombre d’autres statuts, pour devenir auto-entrepreneur, il suffit de procéder à quelques démarches rapides et accessibles.

Le plafond du chiffre d’affaires de l’auto-entrepreneur est limité

Bien qu’il soit tout à fait possible de gagner convenablement sa vie en tant qu’auto-entrepreneur, les perspectives d’évolution sont en revanche limitées par un chiffre d’affaires annuel plafonné.

Cette limitation est d’ailleurs la raison pour laquelle la plupart des auto-entrepreneurs choisissent de faire évoluer leur statut vers l’entreprise individuelle classique ou un autre statut unipersonnel (SASU ou EURL).

L’auto-entrepreneur ne peut pas récupérer la TVA

Pas de facturation ni de récupération de TVA pour l’auto-entrepreneur ! Une spécificité qui peut s’avérer préjudiciable dans certaines situations, en particulier si l’auto-entrepreneur doit investir dans des marchandises ou du matériel pour son activité professionnelle ; il ne peut alors pas profiter des prix HT.

Les impôts de l’auto-entrepreneur sont calculés sur ses ventes

Le régime de droit commun de l’auto-entreprise, ou plutôt de la micro-entreprise, prévoit l’application d’un abattement forfaitaire. De 34 % à 71 % en fonction de l’activité, cet abattement permet de déterminer le montant net du bénéfice effectué par l’auto-entrepreneur et donc son impôt sur le revenu.

L’auto-entrepreneur a également la possibilité de choisir, sous certaines conditions, l’option pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu. Il paie alors ses impôts en même temps que ses cotisations sociales, tout au long de l’année.

L’auto-entrepreneur paie ses cotisations sociales en fonction de son CA

Argument décisif pour beaucoup : le montant des cotisations sociales versées par l’auto-entrepreneur tous les mois (ou tous les trimestres) correspond à un pourcentage du chiffre d’affaires réalisé.

En d’autres termes : en cas de chiffre d’affaires nul, aucune cotisation sociale n’est due !

Auto-entrepreneur ou entreprise individuelle : comment choisir ?

Étant donné ses spécificités, le statut auto-entrepreneur semble avant tout concerner les indépendants qui préfèrent débuter leur activité d’une manière progressive, en limitant au maximum les investissements financiers et les démarches. De même pour les salariés qui veulent trouver une source de revenus complémentaires pour arrondir leurs fins de mois.

Néanmoins, si vous souhaitez vous affranchir des barrières liées au statut auto-entrepreneur, sachez que vous avez la possibilité de passer à la version classique de l’entreprise individuelle en toute simplicité. Nous vous expliquons d’ailleurs les démarches dans un article dédié à ce sujet.

 

Nos prestations pour les auto-entrepreneurs

ABC LIV est une société de domiciliation située à Paris. Depuis 1978, nous proposons des adresses en Île-de-France aux professionnels, aux associations et aux particuliers, à des tarifs très attractifs !

Des adresses de prestige et des services pratiques (réexpédition postale, location de bureaux, hébergement téléphonique, transferts d’appels) ; notre offre de domiciliation pour auto-entrepreneurs est parfaitement adaptée aux besoins des travailleurs indépendants d’aujourd’hui !

Découvrez nos offres de domiciliation pour auto-entrepreneurs

Suivez-nous
Google+

Contactez-nous
numero vert : 0 800 222 548

© Copyright ABCLIV 2018. Tous droits réservés