Comment construire son plan de trésorerie ?

13/05/20    Entrepreneur

Pour maintenir son entreprise à flot, mais aussi pour avoir une idée de sa capacité d’autofinancement ou de son besoin en fonds de roulement (BFR), il est important d’avoir une comptabilité d’entreprise individuelle à jour et optimisée. Pour cela rien de tel que de construire son plan de trésorerie. ABC Liv vous explique comment le réaliser.

Qu’est-ce qu’un plan de trésorerie ? Définition et explications

Un plan de trésorerie est un document, sous forme de tableau séparé en deux parties, qui permet de voir clairement les encaissements et les décaissements et ainsi de suivre l’équilibre financier de son entreprise. Il est généralement mensuel, mais il peut être annuel ou bien sur 3 ans, et il est également possible, et conseillé, de réaliser un plan de trésorerie prévisionnel dans le cadre de son business plan.

Pour réaliser un plan de trésorerie de façon simple on peut utiliser le logiciel Excel : un premier tableau pour les encaissements, puis un deuxième juste en dessous pour les décaissements, et enfin le solde de trésorerie de la période. Il faut toujours le réaliser en TTC, car la TVA est directement incluse dans les calculs, il est d’ailleurs possible d’ajouter un dernier tableau pour la TVA.

Pourquoi faire un plan de trésorerie ?

Le plan de trésorerie est utile dans le cadre d’une création d’entreprise ou pour une entreprise existante, il permet :

  • de montrer l’état de sa comptabilité à son banquier ;
  • d’établir le besoin de financement d’une entreprise en création ;
  • d’anticiper les prochaines dépenses et les ajuster au mieux ;
  • de voir quelles dépenses il est possible d’étaler sur une année et quelles dépenses sont prioritaires ;
  • de mieux s’organiser en cas d’activité saisonnière ;
  • de servir d’aide à la prise de décision ;
  • et enfin d’anticiper les périodes charnières et creuses de la vie de l’entreprise.

En outre, ce prévisionnel financier vous donne une vue d’ensemble pour vous aider dans votre gestion de trésorerie et de clarifier les entrées et sorties pour mieux identifier votre situation financière.

Comment établir un plan de trésorerie prévisionnel ?

Le plan de trésorerie prévisionnel permet clairement de distinguer les encaissements des décaissements.

Indiquer les encaissements

Le plan de trésorerie prévisionnel comprend une partie consacrée à l’encaissement en TTC (toutes taxes comprises), c’est-à-dire aux rentrées d’argent pour l’entreprise. Cela peut se traduire par les valeurs suivantes :

  • les ventes de marchandises ou de services ;
  • l’apport au capital ;
  • les apports aux comptes courants ;
  • les aides et subventions ;
  • l’emprunt bancaire ;
  • le remboursement du crédit TVA ;
  • et les autres financements comme les levées de fonds, l’escompte ou l’affacturage.

Il est possible de noter les recettes clients ligne par ligne, dans une section chiffre d’affaires, afin de bien les distinguer et de pouvoir les analyser. Pour ne pas indiquer de fausses informations, les encaissements sont à comptabiliser à la date d’échéance et donc de règlement effectif, et non à la date de facturation.

Faire figurer les décaissements

Une autre partie du plan de trésorerie prévisionnel est consacrée aux décaissements TTC, qui par conséquent correspond aux sorties d‘argent de l’entreprise. Vous pouvez y retrouver par exemple :

  • les achats de matières premièreset de matériaux fournisseurs ;
  • les frais bancaires, notamment liés aux remboursements d’emprunts ;
  • les frais généraux tels que le loyer, l’électricité, les assurances ;
  • les frais financiers comme les intérêts ;
  • les investissements comme l’achat de matériel, de véhicules ou de bien immobilier ;
  • les honoraires divers tels que ceux de notaires, comptables ou avocats ;
  • les impôts et taxes ;
  • les salaires, qui peuvent être classés par type de contrat ;
  • les cotisations sociales ;
  • le règlement de la TVA ;
  • et les réductions éventuelles de capital.

Pour organiser au mieux votre tableau récapitulatif, il est préférable de classer ces décaissements en quatre catégories distinctes afin de mieux visualiser ses dépenses :

  • les immobilisations ;
  • les achats ;
  • les charges externes ;
  • et les charges de personnel.

Si l’entreprise est nouvelle, préparez trois listes : les dépenses prévues, les investissements prévus, et une sur les ressources de financement à rembourser et les sorties de revenu qui ne concernent pas les salaires. Cela vous permettra d’établir plus facilement votre tableau de décaissements. Il vous suffira ensuite d’ajouter les décaissements liés à la fiscalité.

Si au contraire votre entreprise a déjà un historique ou s’il s’agit d’une reprise d’entreprise, reprenez les informations de cette dernière en utilisant les dépenses de votre dernier compte de résultat pour construire votre tableau de décaissements.

Nous vous conseillons également de faire attention aux délais de paiement qui auront une incidence sur les encaissements et décaissements en créant des décalages de trésorerie, tout particulièrement pour une jeune entreprise !

Suivez-nous
Google+

Contactez-nous
numero vert : 0 800 222 548

© Copyright ABCLIV 2020. Tous droits réservés