Comment créer une société d’import export?

01/10/21    Entrepreneur

Comment se lancer dans l’import-export ? Vous avez pour projet d’importer ou d’exporter des produits ou des services dans d’autres pays, pour cela il vous faut faire des choix judicieux afin que votre entreprise soit fructueuse. Cela passe par un travail de préparation en amont, mais aussi par le choix d’un statut juridique adapté. ABC LIV vous en dit plus.

Entreprise d’import-export : définition

Une entreprise qui acquiert des produits à l’étranger fait de l’importation. Lorsqu’elle vend des produits nationaux à l’étranger, elle fait alors de l’exportation. L’import-export est donc l’activité commerciale liée à l’importation et à l’exportation.

Les préalables à la création d’une société d’import-export

Avant de créer une société d’import-export, il est essentiel de pratiquer une étude de marché, et de se poser les bonnes questions.

Rédiger le business plan de son entreprise d’import-export

Avant la création de toute entreprise, qu’elle soit dans l’import-export ou non, il est impératif de faire un business plan afin de débuter son activité sur des bases solides.

Ce business plan doit comprendre un certain nombre de documents détaillés sur votre projet : le bilan prévisionnel, le plan de financement, le budget de trésorerie et le compte de résultat prévisionnel.

Réaliser cette étude de marché vous permettra de paraître crédible aux yeux de vos partenaires : investisseurs, actionnaires ou clients, notamment à l’international.

Les questions réglementaires à se poser avant la création de sa société d’import-export

Une fois votre business plan établi, il vous faudra encore un peu de réflexion avant de vous lancer dans l’aventure de l’import-export.

Posez-vous les bonnes questions :

  • Quel tarif ? Il vous faudra déterminer la valeur du produit, droits de douane et TVA compris, afin d’en définir le prix de vente ;
  • Quels Incoterms (International Commercial Terms) choisir ?
  • Quelles sont les formalités douanières? Dans l’Union européenne, il faut réaliser une déclaration d’échange de biens (DEB) en cas de commerce de marchandises de plus de 460 000 euros par an, et une déclaration européenne de service (DES) pour le commerce de services. Pour les autres pays, renseignez-vous précisément ;
  • Comment obtenir un numéro de TVA intracommunautaire? Auprès du service des impôts des entreprises. Ce numéro est obligatoire pour facturer ;
  • Pourquoi demander un numéro EORI(Economic Operator Registration and Identification) ? Il est nécessaire en cas d’échanges en dehors de l’Union européenne ;
  • Quels modes de transport choisir pour le transport des marchandises?
  • Existe-t-il des accords préférentiels ?

Ce sont tout autant d’éléments à prendre en compte avant de commencer votre activité.

Le choix du statut juridique pour son entreprise d’import-export

Vous êtes sur le point de lancer votre entreprise d’import-export, il ne vous reste plus qu’à opter pour le statut juridique le plus adéquat pour votre projet.

Quels sont les critères pour choisir le statut juridique de son entreprise d’import-export ?

Pour choisir le statut juridique de son entreprise d’import-export, il faut prendre en compte plusieurs critères :

  • le régime fiscal : impôt sur les sociétés ou bien impôt sur le revenu ;
  • le régime social du dirigeant : assimilé salarié ou indépendant ;
  • la responsabilité des associés : limitée au montant des apports, ou bien illimitée ;
  • le nombre d’associés : un ou plusieurs ;
  • et le capital social : fixe ou variable, 1 euro ou davantage.

Alors quel statut juridique choisir ? Vous pouvez opter aussi bien pour la SAS (société par actions simplifiée), la SARL (société à responsabilité limitée), la SA (société anonyme) ou la micro-entreprise.

Créer son entreprise d’import-export en micro-entreprise

Il est possible d’avoir une entreprise d’import-export sous le statut juridique de la micro-entreprise, anciennement auto-entreprise. Cela implique cependant de générer un chiffre d’affaires inférieur à 176 200 euros hors taxes pour la vente de marchandises, et inférieur à 72 600 euros hors taxes pour les services.

De plus, le micro-entrepreneur n’est pas assujetti à la TVA, il ne peut donc pas facturer de TVA, et ne peut pas non plus déduire la TVA payée sur les achats, ce qui est une mauvaise nouvelle pour une entreprise d’import-export.

Enfin, dans le cadre de la micro-entreprise, le patrimoine personnel du dirigeant est engagé en cas de coup dur financier pour l’entreprise.

Créer son entreprise d’import-export en société

Pour toutes ces raisons, il est donc plus judicieux de créer son entreprise d’import-export en société plutôt qu’en micro-entreprise.

La SASU et l’EURL sont des formes juridiques qui vous permettent de vous lancer seul dans la création d’une société. En revanche, si vous souhaitez avoir des associés à la tête de l’entreprise, il vaut mieux opter pour la SARL ou le statut SAS.

Vous avez fait votre choix ? Félicitations, et bonne chance pour cette aventure entrepreneuriale !

Nos prestations pour les entreprises

ABC LIV est une société de domiciliation située à Paris. Depuis 1978, nous proposons des adresses en Île-de-France aux professionnels, aux associations et aux particuliers, à des tarifs très attractifs !

À la recherche d’une adresse commerciale ? Nous vous offrons la possibilité d’établir le siège social de votre entreprise (SARL, SAS, SCI, EURL, EIRL…) dans l’un des plus beaux quartiers de Paris ! ABC LIV, c’est aussi un éventail de services complémentaires adaptés à vos besoins !

Découvrez nos offres de domiciliation pour les entreprises

Suivez-nous
Google+

Contactez-nous
numero vert : 0 800 222 548

© Copyright ABCLIV 2021. Tous droits réservés